Nous localiser

Page d'accueil du site

Coordonnées de l'école
Ecole nationale supérieure Louis-Lumière
ENS Louis-Lumière - La Cité du Cinéma - 20 rue Ampère
93200
Saint-Denis (France)
Téléphone
01 86 67 00 01

METRO

  • Ligne 13 - carrefour Pleyel (sortie 2 Cap Ampère) – distance de l’Ecole – 5 minutes

 

RER

  • RER D - Stade de France - puis bus 139, arrêts "rue Ampère" ou "Carrefour Pleyel" (distance de l’Ecole : 1 km)
  • RER B - La Plaine Stade de France - puis bus 139 (arrêts "rue Ampère" ou "Carrefour Pleyel" (distance de l’Ecole : 1,5 km)
  • RER C - Saint-Ouen - puis bus 139 ou 274 (distance de l’Ecole : 2 km)

 

EN VOITURE

  • Depuis l’A86, prendre la sortie 8b.
  • Depuis le périphérique, sortir à Porte de Saint-Ouen ou Porte de Clignancourt.

 

La retouche d’image en 2016 : état des lieux, évolution de la demande et prospectives

Date :
2016
Auteur :
Charline Desbois
Directeur(s) de mémoire :
André Gunthert & Pascal Martin
Photographie
Résumé

En 2016, la retouche numérique est une pratique omniprésente, très utilisée par les professionnels et bien connue du grand public qui peut désormais revenir sur ses propres images. Pourtant, la retouche est née en même temps que la Photographie, au XIXe siècle, et appliquée à des photographies de paysages, portraits ou utilisée pour des montages en laboratoire argentique. Durant le Xxe siècle, la manipulation s’installe dans toutes les catégories d’images, y compris la photographie de presse et le photojournalisme, mais elle reste taboue, niée même, car elle discréditerait l’indicialité et l’objectivité de l’image photographique. Avec l’arrivée du numérique dès les années 1990, la retouche ne sera pas plus employée qu’auparavant mais est simplement mieux connue. Nous nous poserons dans un premier temps la question de la perception de la retouche en 2016, grâce à un sondage effectué auprès de professionnels de l’image et d’individus sans connaissances iconographiques, qui prendra également en compte le type de photographie manipulé. Nous verrons ainsi qu’il n’existe pas une mais des retouches, plurielles, qui s’adaptent à la catégorie d’images auxquelles elles s’appliquent. Enfin, nous nous intéresserons à l’utilisation professionnelle de la retouche et à l’évolution de la demande ces quinze dernières années. Malgré des manipulations globalement très poussées et un déplacement de compétences de la prise de vue à la post-production, un retour au naturel semble se dessiner, au moins dans le discours, émanant d’une demande du grand public. Mais cela n’empêche pas le développement de nouvelles techniques qui repoussent les limites de la représentation, parfois jusqu’à la déshumanisation des modèles. Les doublures numériques, avatars créés à partir d’une numérisation du corps humain, se posent pourtant comme une alternative à la retouche, en mettant le réalisme au coeur de la pratique.

 

Mots-Clefs : Photographie / Retouche / Numérique / Manipulation / Perception / Évolution / 3D / Mannequins Virtuels / Doublures Numériques.

Abstract

In 2016, digital retouching is an omnipresent practice widely used by professionals and well known to the public who can now edit their own images. However, retouching was born along with Photography in the XIXth century, and applied to photographs of landscapes, portraits or used for montages in the silver laboratory. Throughout the XXth century, manipulation was used in all photographic categories, including press photography and photojournalism, but remained hidden, even denied because this would discredit the objectivity of the photographic image. With the appearance of digital photography in the 1990’s, retouching was not used more than before, but was simply more known. At first, we will ask the question of the human perception of retouching in 2016, through a survey questioning professionals of the image and individuals without specific iconographic knowledge ; we will also take into consideration the type of image manipulated. We will see there is not one way of retouching, but many, according to the image category to which they apply. Finally, we will focus on the current use of professional retouching and how demand has evolved over the last fifteen years. Despite

the significant alterations and shifting of skills from the shoot to post-production, a return to the natural seems to be emerging, at least in the discourse of the general public. Nevertheless, we can see the development of some new technologies that push the limits of representation, sometimes to the point of dehumanising the models. Digital doubles, sort of avatars created from a scan of the human body, arise as an alternative to retouching, with realism at the heart of the practice.

 

Key-Words: Photography / Retouching / Digital / Manipulation / Perception / Evolution / 3D / Virtual Models / Digital Doubles.