Nous localiser

Page d'accueil du site

Coordonnées de l'école
Ecole nationale supérieure Louis-Lumière
ENS Louis-Lumière - La Cité du Cinéma - 20 rue Ampère
93200
Saint-Denis (France)
Téléphone
01 86 67 00 01

METRO

  • Ligne 13 - carrefour Pleyel (sortie 2 Cap Ampère) – distance de l’Ecole – 5 minutes

 

RER

  • RER D - Stade de France - puis bus 139, arrêts "rue Ampère" ou "Carrefour Pleyel" (distance de l’Ecole : 1 km)
  • RER B - La Plaine Stade de France - puis bus 139 (arrêts "rue Ampère" ou "Carrefour Pleyel" (distance de l’Ecole : 1,5 km)
  • RER C - Saint-Ouen - puis bus 139 ou 274 (distance de l’Ecole : 2 km)

 

EN VOITURE

  • Depuis l’A86, prendre la sortie 8b.
  • Depuis le périphérique, sortir à Porte de Saint-Ouen ou Porte de Clignancourt.

 

L'approche orientée objet au cinéma : entre surenchère technologique et outil de création sonore

Date :
2016
Auteur :
Florent Denizot
Directeur(s) de mémoire :
Mohammed Elliq & Raphaël Sohier
Son
Résumé

Désormais les technologies de spatialisation telles que VBAP, DBAP ou encore ambisonie, jusqu’à maintenant reléguées au stade de l’expérimentation, trouvent désormais leur place dans les nouveaux formats audio fondés sur l'approche orientée objet. À chaque « nouveauté technologique » son appropriation artistique ; ces systèmes semblent prédestinés à proposer des expériences sensorielles de réalité augmentée, s’adressant directement au cinéma-spectacle de type Géode ou Imax. Or, la récente normalisation du mode objet laisse entrevoir son expansion future dans le domaine du cinéma et de la diffusion télévisuelle, comme le confirme le succès de films, tels que Gravity1 ou The Revenant2, qui utilisent cette méthode. Dans ce nouveau paradigme où le spectacle cinématographique semble se réorienter vers une écriture spatialisée du son, il nous a paru important de comprendre les enjeux et les opportunités offertes par les nouveaux formats orientés objet, tout en questionnant leur légitimité dans la création cinématographique. Ce document propose un état des lieux de l’approche objet ; en questionnant son intégration dans les salles de cinéma d’un point de vue technique et technologique premièrement ; pratique ensuite, afin d’envisager concrètement son insertion dans la chaine de postproduction ; esthétique enfin pour tenter d’évaluer ses possibilités créatrices au regard d’une narration cinématographique commune.

 

Mots-clés : VBAP / DBAP / Approche Orientée Objet / Downmixage Automatique / Spatialisation / Espace Sonore / Postproduction Sonore / Son au cinéma.

Abstract

Spatial sound effects such as VBAP, DBAP or even Ambisonics, which had, up until now, been relegated to the ranks of experimental practice, have now found a place among the new audio techniques said to be "object" oriented. Each "technological innovation" has its own corresponding artistic device ; these systems seem bound to propose sensory experiments in augmented reality, appealing directly to cinema-as-spectacle venues such as La Géode or Imax. Therefore, the recent standardization of object as a mode, foreshadows its future development in the field of cinema and television broadcasting, as confirmed by recent movie successes using this method (The Revenant3, Gravity4). In this new paradigm where cinematographic spectacle is reconfigured as a space-sound oriented script, we have wished to expose the stakes and opportunities offered by these new object-oriented techniques, whilst questioning their legitimacy in film design. This document presents a situational analysis of the object-based approach. It questions its implementation in movie theatres, initially from a technical and technological point of view and subsequently from a practical perspective with regard to its place in the postproduction workflow. Lastly, it studies the creative impact on the film’s narrative content.

 

Keywords : VBAP / DBAP / Object-based audio approach / Automatic Downmix / Spatialization / Sound Space / Sound Postproduction / Cinema Sound