Nous localiser

Page d'accueil du site

Coordonnées de l'école
Ecole nationale supérieure Louis-Lumière
ENS Louis-Lumière - La Cité du Cinéma - 20 rue Ampère
93200
Saint-Denis (France)
Téléphone
01 86 67 00 01

METRO

  • Ligne 13 - carrefour Pleyel (sortie 2 Cap Ampère) – distance de l’Ecole – 5 minutes

 

RER

  • RER D - Stade de France - puis bus 139, arrêts "rue Ampère" ou "Carrefour Pleyel" (distance de l’Ecole : 1 km)
  • RER B - La Plaine Stade de France - puis bus 139 (arrêts "rue Ampère" ou "Carrefour Pleyel" (distance de l’Ecole : 1,5 km)
  • RER C - Saint-Ouen - puis bus 139 ou 274 (distance de l’Ecole : 2 km)

 

EN VOITURE

  • Depuis l’A86, prendre la sortie 8b.
  • Depuis le périphérique, sortir à Porte de Saint-Ouen ou Porte de Clignancourt.

 

Proposition de reformation de corps politique par l'érotisme au cinéma : violence, poésie, imaginaire

Date :
2016
Auteur :
Alexandre Buyukodabas
Directeur(s) de mémoire :
David Faroult
Cinéma
Résumé

L’érotisme est l’évocation subjective, indirecte et non immédiate du plaisir sexuel et de l’amour sous toutes ses formes, ainsi que du désir lié à la promesse qu’ils constituent, s’incarnant dans une émotion ou une sensation. Comment et selon quelles approches l’érotisme au cinéma, à travers les émotions qu’il génère et les figurations des corps qu’il propose, peut-il contribuer à penser et à reformer les corps politiques ? En prenant comme base la conception structurale des corps collectifs de Spinoza et de Frédéric Lordon, puis en proposant un glissement conceptuel vers les expériences de déconstruction sensibles du corps physique envisagées notamment par les Surréalistes et particulièrement par Hans Bellmer, nous avons analysé quels échanges dialectiques peuvent nouer l’érotisme et le politique dans le cinéma contemporain. Nous avons vu de quelles manières et sous quelles limites la subversion du désir permet aujourd’hui de questionner le politique, puis étudié des exemples de déconstruction des corps par un érotisme nourri de violence, de poésie et d’imaginaire, avant de proposer trois pistes d’appréhension des corps politiques par l’érotisme au cinéma traduites sous forme d’expérimentations artistiques et techniques : le plaisir collectif, l’érotisation/poétisation du monde et l’élargissement sensoriel de la notion de corps.

 

Mots-clés : Cinéma / Érotisme / Sexualité / Sensualité / Politique / Corps / Subversion / Trouble / Désir / Plaisir / Jouissance / Poésie / Violence / Imaginaire

Abstract

Eroticism is the subjective, indirect and mediate evocation of sexual pleasure and love in all its manifestations, as well as the desire linked to the promise they constitute, embodying itself in an emotion or a feeling. How and from which angles cinema eroticism, through the emotions it produces and the bodies’ figurations it suggests, can help to think and reform political bodies? Based on Spinoza and Frederic Lordon’s structural approach of collective bodies, and proposing a conceptual shift toward physical body’s sensitive deconstruction experiments explored for example by surrealists, and especially by Hans Bellmer, we have analysed what dialectical exchanges eroticism and politic can develop in contemporary cinema. We have seen in what ways and within what limits desire subversion can today interrogate politic, then we have studied examples of bodies’ deconstruction by violence, poetics and imagination fed eroticism, before suggesting three political bodies apprehension trails throughout cinema eroticism, experimentally, artistically and technically translated: collective pleasure, world’s eroticization/poetization, and body notion’s sensory widening.

 

Keywords : Cinema / Eroticism / Sexuality / Sensuality / Politic / Bodies / Subversion / Trouble / Desire / Pleasure / Sexual Enjoyment / Poetry / Violence / Imagination