Nous localiser

Page d'accueil du site

Coordonnées de l'école
Ecole nationale supérieure Louis-Lumière
La Cité du Cinéma - 20 rue Ampère
93200
Saint-Denis (France) / Tel : 01 84 67 00 01
Téléphone
01 86 67 00 01

29 janvier : signature du livre "Contaminations" par Samuel Bollendorff (photographie, 1994)

 

Contaminations - Éditions E/P/A

 

"J’ai fait le tour de la Terre en 2018. J’ai vu combien elle est petite, fragile. Et où que mon regard se soit porté, il s’est perdu dans l’obscurité. Un fleuve mort sur 650 kilomètres, des poissons déformés, des forêts radioactives, des enfants qui naissent sans yeux, des mafieux qui trafiquent des déchets nucléaires, des déchets plastique à la dérive au milieu d’un océan devenus le premier maillon d’une chaîne alimentaire dégénérée…

Qu’avons-nous laissé faire ?

 

Avec le journal Le Monde, nous avons été d’Anniston aux États-Unis à Dzerjinsk en Russie, de Fort Chipewyan au Canada à Regencia au Brésil, de Fukushima au Japon à « la Terre des Feux » à côté de Naples, jusqu’au grand gyre du Pacifique. Nous avons enquêté sur des millions de kilomètres carrés contaminés en cherchant à adapter notre pratique du journalisme aux défis de la crise environnementale pour donner à voir l’invisible. 

 

Contaminations propose une réflexion sur ces pollutions industrielles irrémédiables, transformant pour des décennies, voire des siècles, des territoires en zone impropre au développement de la vie. Un tour du monde de zones contaminées par l’homme du xxie siècle et ses industries chimiques, minières ou nucléaires, qui laissent des pans entiers de notre planète souillés, en héritage pour les générations à venir. Méthane, acide prussique, phosgène, phosphore rouge, oxyde d’éthylène, chlorure de vinyle, phénol, dérivés d’arsenic, de cyanure, de chlore, sulfure d’hydrogène, soude caustique, pétrole, bisphénol, dichlorodiphényltrichloroéthane (DDT) et polychlorobiphényles (PCB) sont autant de molécules et de produits de synthèse, cancérigènes, perturbateurs endocriniens, dont la concentration dans les sols, les eaux et la chaîne alimentaire prendra des décennies, des siècles, parfois des milliers d’années à se dégrader pour réatteindre un niveau viable pour l’humain.

 

Face à ces constats, les discours de communication des industriels sont d’une cynique violence. Les porte-parole des compagnies pétrolières revendiquent une « énergie verte » à propos des sables bitumineux ; les pollueurs brésiliens, connus pour leur corruption, ne sont pas condamnés ; à Fukushima, l’exploitant de la centrale fait du lobbying pour rejeter ses millions de litres d’eau contaminée dans l’océan… et les taux de cancer augmentent en flèche. Mais les industriels n’ont « pas un dollar à perdre ». Après moi, le déluge !

 

Depuis 20 ans, je consacre mon travail à des sujets de précarité. Longtemps j’ai imaginé que ces histoires n’étaient pas les miennes. Croyant peut-être pouvoir me protéger du poids des témoignages des plus fragiles en imaginant avoir la chance de ne pas être dans les situations que je photographiais. Aujourd’hui, j’ai fait le tour de la Terre, et je l’ai vu si petite, si fragile…

Et nos déchets sont partout, contaminant les terres, les eaux et les airs. Nos océans immenses sont souillés jusqu’en Arctique, des milliers de tonnes de déchets polluent déjà l’espace.

Continuer, c’est être aveugle, ces histoires sont les nôtres."

 

Samuel Bollendorff