Nous localiser

Page d'accueil du site

Coordonnées de l'école
Ecole nationale supérieure Louis-Lumière
La Cité du Cinéma - 20 rue Ampère
93200
Saint-Denis (France) / Tel : 01 84 67 00 01
Téléphone
01 86 67 00 01

Disparition de Jean-Pierre Beauviala

L’œil écoute

 

Il y a beaucoup à dire en vrac. Comme toujours dans ces cas-là, on se demande quoi faire… Des hommages ? Non, des images... 

 

À l’ENS Louis-Lumière, Jean-Pierre c’était nos vertes années : dans le Grenoble post-68 où il invente Aäton, à une époque où on prenait la rue pour la mettre dans la maison et la maison dans l’école et l’école dans le théâtre, jouant sur l’utopie d’un projet urbanistique qui se piquait de sciences sociales, il mit un point d’honneur à transmettre au plus grand nombre tout en ne cédant rien sur les principes, creusant son sillon en idéaliste, en amoureux, en obsessionnel de l’idée juste et du risque calculé… 

 

13WSNB BEAUJ PRINT FULL

© Marc-Antoine Lorcy

 

Du creuset de cet alchimiste débraillé surgirent des caméras conçues non comme des prothèses malcommodes mais comme un prolongement naturel du corps de l’opérateur. Ce n’est pas seulement le chat sur l’épaule, c’est le ronronnement et le crépitement du feu de cheminée qui vont avec : ce sont des images à entendre... Les Lyonnais des années soixante-dix se souviennent d’une petite galerie des quais de Saône qui exposait de l’art cinétique dans une cave voûtée, ça s’appelait : L’oeil écoute. Mais où sont les neiges d’antan ?

 

L’important, c’était de concevoir des outils perfectibles à l’infini, la Paluche, la Pénélope, le Cantar, le time code, le moteur à Quartz (Synchro image-son : sa première préoccupation), outils de tournage et outils de postprod,  les Aäton 16 (XTR ,LTR), l'Aäton 35, la A-Minima, la Delta Pénélope j'en passe et des meilleures... et encore ces dernières semaines la Libellule, dernier prototype de l’inventeur impénitent, en discussion avec Alain Sarlat et là pour une fois, on a eu envie de dire : arrêtez tout, n’ajoutez rien à ce qui est parfait... 

 

Il y a un an, il nous disait : il n’y a qu’à Louis-Lumière que l’on puisse faire des tests optiques totalement indépendants. En décembre, on les faisait, grâce à Caroline Champetier, Denis Lenoir, Martin Roux et Pascal Lagriffoul. Avec ce dernier, nos étudiants tourneront dans quelques jours avec la Delta, merci à Panavision et à Patrick Leplat. Et à Pascal… C’est le début d’une longue série d’ateliers avec ces caméras.

 

En mémoire de Beauviala, nous nous battrons pour que les étudiants voient plus de mandarines et moins de mandarins… La rigueur est la seule vertu qui reste aux opérateurs, aux étudiants et aux mystiques. Donc photo ou ciné, on ne lâchera pas sur les sels d’argent, parce que comme l’assure la superbe devise de Briançon : le passé répond de l’avenir… 

 

Et puis un jour, on emmènera les étudiants en Isère, on prendra la voie romaine entre Lyon et Grenoble, pas tellement améliorée depuis l’époque de Britannicus, on longera le Rhône blafard et pathétique, on quittera la route Napoléon pour monter aux alpages où les moutons transhument depuis Arles, entre Dévoluy, Vercors, Oisans et Grésivaudan, on viendra à Mens, sur les traces de celui grâce à qui ou sans qui… 

 

 

                                                           Vincent Lowy et les équipes de l’ENS Louis-Lumière