Nous localiser

Page d'accueil du site

Coordonnées de l'école
Ecole nationale supérieure Louis-Lumière
La Cité du Cinéma - 20 rue Ampère
93200
Saint-Denis (France) / Tel : 01 84 67 00 01
Téléphone
01 86 67 00 01

METRO

  • Ligne 13 - carrefour Pleyel (sortie 2 Cap Ampère) – distance de l’Ecole – 5 minutes

 

RER

  • RER D - Stade de France - puis bus 139, arrêts "rue Ampère" ou "Carrefour Pleyel" (distance de l’Ecole : 1 km)
  • RER B - La Plaine Stade de France - puis bus 139 (arrêts "rue Ampère" ou "Carrefour Pleyel" (distance de l’Ecole : 1,5 km)
  • RER C - Saint-Ouen - puis bus 139 ou 274 (distance de l’Ecole : 2 km)

 

EN VOITURE

  • Depuis l’A86, prendre la sortie 8b.
  • Depuis le périphérique, sortir à Porte de Saint-Ouen ou Porte de Clignancourt.

 

Plongez dans "Le temps des villes indiennes" avec Hugo Delcourt, Arthur Crestani (photographie, 2017) et Jehan de Bujadoux (photographie, 2016)

Susciter des rencontres et croiser les regards : c’est à l’aune de ces principes que Territoires Visuels a conçu la manifestation Le Temps des Villes Indiennes, Trajectoires Photographiques en collaboration avec l’ENSA Paris-Malaquais. Motivé par la rencontre avec Thierry Mandoul, qui conduit à l’ENSA un enseignement sur la ville de Chandigarh, ce projet est né de notre intérêt sincère pour l’Inde et pour sa photographie. Animé par le désir de faire dialoguer les disciplines, il est structuré par une exposition du 11 au 27 octobre, en parallèle de laquelle se tiendront un séminaire et un cycle de rencontres.

 

LeTempsDesVillesIndiennes-DossierPresse

@Verena Jaekel


Prenant acte de la recrudescence depuis vingt ans de travaux photographiques ayant pour sujet les villes indiennes, nous proposons de confronter ces démarches pour mieux interroger ces territoires en mutation. En tant que commissaire, c’est nourri par mes séjours en Inde et par les rencontres qu’ils ont suscitées que j’ai fait le choix de présenter dans l’exposition des travaux jusqu’à présent peu vus en France. Dix photographes de générations et de nationalités différentes ont donc été conviés à exposer dans un même espace. Ils rendent compte de la complexité de l’expérience urbaine indienne et de la richesse des regards qui y sont portés.

 

Désireux de rompre avec les représentations attendues de l’Inde, je me suis rappelé du temps passé à arpenter Delhi à vélo l’année de mes vingt ans. Fidèle à l’esprit de ces escapades, c’est par les interstices et les entre deux que j’ai choisi d’aborder dans l’exposition ces villes singulières. Car ce sont peut-être les discontinuités et les marges urbaines qui délivrent le propos le plus juste sur des villes où abandon et ambition s’entremêlent sans relâche.

 

LeTempsDesVillesIndiennes-DossierPresse3

@Chandan Gomes

 

Ce monde urbain indien se dévoilera dans toute sa complexité à l’aune des regards de ceux qu’il inspire : artistes, photographes, chercheurs et architectes qui viendront témoigner et échanger à propos de leur relation à ces villes protéiformes et passionnantes. Cette manifestation a ainsi pour vocation de réunir ces praticiens de la ville indienne dans une confrontation des regards que l’on ne peut que souhaiter féconde. Destinée au grand public comme aux étudiants de l’ENSA Paris-Malaquais, elle ouvre une porte vers un ailleurs riche en enseignements.