Page d'accueil du site

Coordonnées de l'école
Ecole nationale supérieure Louis-Lumière
La Cité du Cinéma - 20 rue Ampère
93200
Saint-Denis (France) / Tel : 01 84 67 00 01
Téléphone
01 86 67 00 01

Soutenances des mémoires du Master Photographie

Mercredi 22 juin, jeudi 23 juin et vendredi 24 juin 2022 ont lieu à l'école les soutenances des mémoires des étudiantes et étudiants en troisième année du Master Photographie

 

Retrouvez le détail des soutenances ci-dessous : 

Soutenances ouvertes au public sur inscription (cliquez ici pour vous inscrire). 

Tous les jurys seront présidés par Pascal MARTIN et coordonnés par Véronique FIGINI.

 

Mercredi 22 juin 2022 :

9h-10h : Aminata BEYE 

Titre : Raconter l'exil et le déplacement grâce à l'art pictural et à la photographie. La Vallée de la Roya et la Vallée des Merveilles, terres de mémoires d'Hommes.

Direction : Samuel BOLLENDORF / Membre du jury : Claire BRAS

 

 

10h - 11h : Emile MOUTAUD

Titre : L'éthique au travers du photojournalisme et de la photographie documentaire.

Direction : Samuel BOLLENDORF / Membre du jury : Marie LELIEVRE

 

 

11h - 12h : Octave PINEAU-FURET

Titre : L'utilisation de la chambre photographique à l'ère de la photographie contemporaine.

Direction : Samuel BOLLENDORF / Membre du jury : Véronique ELLENA

 

 

14h - 15h : Charlotte CAZENAVE

Titre : L'image photographique dans le processus architectural.

Direction : Christophe CAUDROY / Membre du jury : Karine GUILBERT

 

15h - 16h : Pauline MONTAGNE

Titre : Les images du désir lesbien, de l'esthétique au politique. Comment le female gaze nous aide-t-il à analyser, produire et diffuser les nouvelles images du désir lesbien ?

Directrice de mémoire : Véronique LORIN / Membre du jury : Michèle BERGOT

 

 

Jeudi 23 Juin 2022 : 

9h - 10h : Morgane KIEFFER

Titre : Représentation de la photographie Japonaise en France au XXIème siècle. Diffusion et réception d'images d'auteur.e.s japonaise.e.s par et pour les occidentaux.ales, dans les expositions, l'édition et le marché de l'art. 

Direction : Franck MAINDON - Co-direction : Cécile LALY  / Membre du jury : Sophie CAVALIERO

 

 

10h - 11h : Cyprien NICOLEAU

Titre : Jeux Olympiques de Pékin 2022. Enjeux géopolitiques à travers la photographie : l'attention portée au vêtement et au corps habillé. 

Direction : Véronique FIGINI - Co-direction : Patrick CLASTRES / Membres du jury : Hélène DUSSAUCHOY - Véronique DÜRR

 

 

11h - 12h : Louise PASQUIER

Titre : Le design de mode vu à travers la photographie : L'attention portée au vêtement et au corps habillé.

Direction : Claire BRAS / Membre du jury : Anne-Lou BUZOT

 

 

14h - 15h : Jean-Marie DUPOND

Titre : Photographie et cécité. Ou comment rendre accessible la photographie aux non-voyants ?

Direction : Claire BRAS / Membres du jury : Julie BORNAND - Florence BERNARD

 

15h - 16h : Agathe CALMANOVIC-PLESCOFF

Titre : Le corps photographique. La photographie comme partie intégrante de l'être, de sa vie et de sa dégénérescence. 

Direction : Anne-Lou BUZOT / Membre du jury : Claire BRAS 

 

 

Vendredi 24 juin 2022 : 

10h - 11h : Robin ANSART

Titre : L'identité visuelle et la représentation de l'univers d'un artiste à travers l'image fixe et animée dans le rap français. L'usage de l'image captée dans l'iconographie du rap français des années 2000. 

Direction : Franck MAINDON / Membre du jury : Rodrigue HUART

 

 

11h - 12h : Karla VINTER-KOCH

Titre : Ciné-photographie : codes et enjeux d'une photographie empreinte de cinéma. 

Direction : Claire BRAS - co-direction : Pascal MARTIN / Membres du jury : Caroline SAN-MARTIN - Renaud PERSONNAZ

 

 

14h - 15h : Ninon LACROIX

Titre : Rendre compte d'une expérience intime par le documentaire : L'expression du sentiment amoureux chez les petits garçons. 

Direction : Claire BRAS - Co-direction : Delphine DE BLIC / Membre du jury : David FAROULT

 

 

 

Les étudiantes et étudiants en troisième année du Master Photographie ont avant cela exposé à l'école les parties pratiques de leur mémoire, le vendredi 17 juin et le samedi 18 juin.

 

Présentation des travaux des exposantes et exposants : 

 

 

Copyright Robin Ansart

Robin Ansart

Mythologie

Le seul attribut rendant reconnaissable ce personnage est sa cagoule. Cet élément lui destitue son identité pour en créer une nouvelle qui le valorise davantage.

Ce projet, mêlant photographie et peinture, recense différentes étapes de création d’un personnage fictif. 

(Copyright photo Robin Ansart - PPM ENS Louis-Lumière)

 

 

 

Aminata BEYEAminata Beye

La permanence des routes

Rendre visible ce qui a disparu et ce que le temps a estompé. Sur ces chemins empruntés depuis des millénaires, je remonte le temps. La peinture d’aquarelle, fait apparaitre les traces du passage des êtres Humains. Dans cette présentation, entre réalité et fiction, j’offre à voir la permanence des routes dans la Vallée de la Roya.

(Copyright photo Aminata Beye - PPM ENS Louis-Lumière)

 

 

 

Agathe Calmanovic-PlescoffAgathe Calmanovic-Plescoff

Cryogénie

On cryogénise les corps, on cryogénise les photographies. Préserver l’image de sa peau serait une nouvelle solution au désir de l’individu de se survivre. L’égoïsme et l’absurdité de ce transhumanisme à tout prix sont patents. A travers cette installation performative, par l’utilisation de l’image de mon propre corps, je me sauve, moi, avant les autres.

(Copyright photo Agathe Calmanovic-Plescoff - PPM ENS Louis-Lumière)

 

 

 

Charlotte CazenaveCharlotte Cazenave

Processus

3 projets. 3 temporalités. Un projet en cours, en phase de chantier. Un projet tout juste livré, encore neuf. Un projet livré il y a 7 ans, inscrit dans son environnement. Témoins du processus architectural, ces images montrent différentes étapes de projets tout en essayant de transcrire la volonté de l’architecte, « montrer à quel point la banalité est impressionnante ».

Collaboration avec l’agence d’architecture ECDM.

(Copyright photo Charlotte Cazenave - PPM ENS Louis-Lumière)

 

 

 

Jean-Marie DUPONDJean-Marie Dupond

Photographie et cécité

Ce projet essaie d’illustrer, autour de photographies culinaires et gastronomiques, quelques solutions pour rendre accessible la photographie aux déficients visuels. Par le son, le tactile ou l’olfactif, cinq prototypes montrent l’écart de perceptions entre voyants et non-voyants.

(Copyright photo Jean-Marie Dupond - PPM ENS Louis-Lumière)

 

 

 

Morgane KiefferMorgane Kieffer

Le Journal de Yumi  (由美の日記)

Yumi vit à Sakurai, dans la préfecture de Nara (île principale du Japon). Elle photographie son quotidien et son environnement de tous les jours. Après avoir sélectionné 38 images réalisées entre novembre 2021 et octobre 2022, elle les a disposées chronologiquement dans un livre confectionné à la main.

(Copyright photo Morgane Kieffer - PPM ENS Louis-Lumière)

 

 

 

Ninon Lacroix

L’amour est une région bien intéressante

Dans le centre de loisirs, les enfants découvrent un nouveau terrain de jeu ; ils font et défont leurs relations amoureuses et amicales. Chez les petits garçons le silence est d’ordre et on préfère ne pas trop s’avancer sur ses sentiments. Certains, peut-être, auraient été amoureux s’ils n’avaient jamais entendu parler d’amour. Cette présentation propose d’explorer ce qu’il y a entre les mots, les choses qu’on dit et les sentiments qu’on éprouve.

 

 

 

Pauline MontagnePauline Montagne

Public Love

L’image, une peau. Une surface où se révèle le désir. Le désir entre deux personnes. Entre deux personnes lesbiennes. Les monstrations dans cette installation sont plurielles. Ensemble, elles repeuplent notre imaginaire collectif, gangrené par les représentations pornographiques et fantasmatiques. Cet espace de déambulation devient alors lieu de rencontre entre cette réalité, contrainte au domaine privée, et la sphère public. Un lieu permettant d’appréhender cette sexualité, en ce mouvant entre ces images, entre ces peaux.

(Copyright photo Pauline Montagne - PPM ENS Louis-Lumière)

 

 

 

EMile MoutaudÉmile Moutaud

Croisement

Croisement évoque la jonction entre deux espaces. Psychologique, nous nous plongeons dans le quotidien d’un jeune perdu entre l’adolescence et le monde adulte. Urbain, en plaçant cette histoire dans un environnement à la croisée entre deux lieux : l’espace périurbain. Entre documentaire et fiction, cette série dépeint le quotidien de ce jeune homme perdu entre deux états, entre deux mondes.

(Copyright photo Emile Moutaud - PPM ENS Louis-Lumière)

 

 

Cyprien NICOLEAUCyprien Nicoleau

La France photographiée aux Jeux - Pékin 2022 sur Instagram

2,8 milliards d’échanges sur les réseaux sociaux olympiques en seulement 17 jours. Cette installation propose de figer ce terrain de jeu photographique en deux temps : une prise de recul sur l’immensité de ce flux et, en miroir, une collection de 193 captures d’écran extraites d’Instagram. 

(Copyright photo Cyprien Nicoleau - PPM ENS Louis-Lumière)

 

 

Alexis OUVRIERAlexis Ouvrier

On ne connaît que les choses que l’on apprivoise

Fruit d’une rencontre fortuite avec une altérité animale, ce carnet retrace la recherche d’un renard. D’un face à face naît une réflexion autour de la figure du goupil, un travail diplomatique : apprendre à connaître et apprivoiser cet animal sauvage et pourtant voisin.

(Copyright photo Alexis Ouvrier - PPM ENS Louis-Lumière)

 

 

Louise PasquierLouise Pasquier

Les comparaisons

Le vêtement est l’objet permettant à la photographie de mode d’exister. Le corps habillé, le vêtement, sa forme, ses matières et le regard du photographe sont autant d’éléments qui forgent une photographie. Ainsi, ces deux séries d’images viennent questionner les relations entre corps et vêtement, vêtement et contexte, stylisme et photographie.

 

(Copyright photo Louise Pasquier - PPM ENS Louis-Lumière)

 

 

Octave Pineau-Furet

La porte de Bagnolet

La porte de Bagnolet, une cinquantaine d’années après la construction de son échangeur et des tours Mercuriales, semble être tombée à l’abandon. Les bureaux se sont vidés, la gare routière a cessé son activité et la végétation reprend ses droits sur les imposantes structures de béton.

Cette série de vues urbaines met en exergue l’hostilité du lieu envers l’Homme et pose un regard sur ces espaces traversés par tous mais que personne n’observe.

 

 

 

 

Kankou SambakessiKankou Sambakessi

Résurgences

Regardées, manipulées puis exposées, des photographies de familles se teintent d’imaginaires qui se confondent, si bien qu’ils ne sont plus seulement les miens. Anecdotiques et synecdotiques, les images me parlent pour mieux vous parler. Subjectives et suggestives, des bribes d’instants révolus parsemées dans la mémoire se dévoilent. La disparition des visages et des silhouettes révèle l’amertume des souvenirs abstraits. 

(Copyright photo Kankou Sambakessi - PPM ENS Louis-Lumière)

 

 

 

Karla Vinter-KochKarla Vinter-Koch

Mes héroïnes

Qu’est-ce qu’un hôtel ? Un lieu de passage, une maison éphémère, un concentré de potentialités, un endroit fantasmé. Mes héroïnes propose des fragments de la vie d’une femme se rêvant en héroïne de film. Les images, d’un côté projetées et de l’autre encadrées, viennent questionner la notion de projection, physique et mentale. 

(Copyright photo Karla Vinter-Koch - PPM ENS Louis-Lumière)

 

 

Exposition PPM