Nous localiser

Page d'accueil du site

Coordonnées de l'école
Ecole nationale supérieure Louis-Lumière
La Cité du Cinéma - 20 rue Ampère
93200
Saint-Denis (France) / Tel : 01 84 67 00 01
Téléphone
01 86 67 00 01

Travaux de fin d'études de la spécialité Photographie

Ces projets, développés conjointement à la partie théorique du mémoire de fin d'études, sont présentés sous la forme d'installations photographiques au sein de l'École.
Dates
Du Vendredi 14 juin au Samedi 15 juin
10h-17h
Adresse
Ecole nationale supérieure Louis-Lumière
La Cité du Cinéma - 20 rue Ampère
-
93200
Saint-Denis (France) / Tel : 01 84 67 00 01

Les seize étudiant.e.s en photographie, clôturant leur cursus par la réalisation d’un mémoire chacun.e, ont le plaisir de présenter cette semaine les parties pratiques qui y sont liées.

 

"Seize, ce sont autant de sujets qui nous ont occupé l’esprit durant ces derniers mois. Et armé.e.s de nos considérations technique, esthétiques, ou sociologiques, nous avons navigué parmi : les arbres en ville, le patrimoine, la musique en images, les identités et la famille, la vieillesse, le corps, le bleu quand il côtoie le noir, le rêve et l’impermanence des relations, les vitrines et la création, la représentation, l’érotisme, la mode…

Tous cela, nous l’avons photographié ou filmé, afin de proposer une lecture par l’image de notre sujet de recherche. En voilà le résultat, parsemé dans les salles de notre école."

 

SARA V2

 

Les installations

 

Calque 2

Fragments oniriques

Laurelenn Jacquet

 

Comment représenter le rêve ? Le rêve, comme la photographie, part du réel pour créer l’illusion d’une réalité. Mais une fois le lever du jour, il s’échappe. Il ne saurait exister que dans la nuit, au coeur des émotions, là où le raisonnement logique s’efface. Que reste-t-il au réveil ?Un souvenir fuyant d’images nettes, réelles, difficiles à inscrire dans notre mémoire. Elles surgissent comme des flashs, mirages d’images qui s’imposent et disparaissent aussitôt.

 

 

Calque 10

Entre-voir

Juliette Paulet

 

Comment montrer des portraits que l’on ne doit pas voir ? Comment dévoiler des photographies si les visages ne peuvent être reconnaissables ? De ces questionnements sont nés des ateliers réalisés avec des mineurs en Centre Educatif Fermé. L’exposition tente de rendre présents des jeunes au-delà des murs.

 

 

Calque 3

Alternative

Sara Krzyzaniak

 

L’image accompagne la musique. Depuis la révolution rock and roll des années 1960 jusqu’à l’époque contemporaine, nous questionnons les rapports qu’entretient la musique et son image avec les mutations sociales.

 

 

Calque 11

Dans la nuit claire de midi

Ana Lefaux

 

Dans la nuit claire de midi… Au seuil aride du poème. Qu’est-ce qu’ une image érotique, si ce n’est une image imaginaire ? Un entre-deux inconnu, ni midi ni minuit. Des deux flux lumineux, une troisième image naît. Elle n’existe pas vraiment, elle est au seuil de nos corps, de nos imaginaires.

 

 

Calque 4

Vinterfart

Marie-Pierre Magherini

 

Nous sommes le 21 décembre, le jour le plus court de l’année. Depuis l’habitacle de ma voiture, sur la route panoramique de Senja, une petite île au nord de la Norvège, je décide de documenter mon passage. Dans ce paysage arctique, la civilisation se fait rare, la température extérieure avoisine les -10°C et la luminosité est faible (de l’ordre de deux heures par jour). Nous sommes en pleine nuit polaire. La vitesse de la voiture m’impose une nouvelle écriture du paysage, qui, au fil de la route, défile sous mes yeux, tel un enchaînement de vues. À la manière d’un zoopraxiscope (étude photographique du mouvement d’Eadweard Muybridge), ce dispositif photographique, immerge le spectateur dans un huis-clos mobile représentant l’habitacle d’un véhicule. La série est composée d’images présentant une journée septentrionale séparées d’une bande noire, symbolisant le cadrage imposé du paysage par les montants de la fenêtre.

 

 

Calque 12

Papier / Chiffon

Jules Séverac

 

La photographie et la vitrine ont des inspirations et des origines communes. La présente installation confronte l’espace de la vitrine à la photographie plasticienne: celle-ci est ici au centre de la création. En jouant sur des impressions de volumes, ces différentes propositions questionnent la transparence, l’opacité, l’échelle et la superposition dans l’espace de la vitrine.

 

 

Calque 5

Bleu limite

Louis Dewynter

 

Cinq aplats photographiques pour une recherche sur la densité limite du bleu de Prusse, pigment constitutif du cyanotype. La couleur, bleu cyan à la première couche, se densifie de plus en plus jusqu’à atteindre un extremum proche du noir. Le dispositif sériel et répétitif explore cinq tentatives d’annulation de la couleur par le même processus photographique qui la permet.

 

 

Calque 13

Musique et lieux de musique

Élise Comte

 

A la Gaîté Lyrique, la directrice de communication m’accueille et s’excuse : «Désolée pour l’odeur de la bière... il y a eu un concert hier, ça s’incruste dans le parquet. Mais voilà, on t’a vidé la salle !». Je n’ai qu’à installer ma chambre photo, faire ma prise de vue comme je le fais pour les autres lieux de musique : face à la scène, en noir et blanc.

 

 

Calque 6

Fantômes modernes

Juliette Alhéritière

 

L’installation Fantômes modernes met en oeuvre les premiers résultats d’une expérimentation photochimique qui valorise le caractère éphémère de l’image. Ces portraits réalisés grâce à la technique du tirage au papier salé sont impermanent face à la lumière. De l’attachement au détachement, un visage autrefois adoré peut-il tomber dans l’oubli ?

 

 

Calque 14

«Tu es née Eveline...»

Amanda Sellem

 

La réapppropriation de cet ensemble de photographies s’effectue avec un protocole précis d’une contrainte du sens de la lecture, d’un rapport du cadre à l’identique et d’un processus conforme dans les tonalités. Comment créer les relations entre ces photographies de multiples visages, si proches et pourtant éloignés, en dehors de ce qu’elles sont réellement ? Au regard du spectateur, de multiples possibilités de liens vont s’établir…

 

 

Calque 7

Soulèvements

Agathe Barisan

 

Cet ensemble de reproductions présente la vie d’une œuvre : son passé, son présent et son futur imaginé. Au travers d’un arbre généalogique les générations de reproductions révèlent les stigmates du temps et témoignent de la fragilité de la photographie. L’œuvre originale, absente ici, est un négatif sur verre au collodion de Charles Marville conservé à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris.

 

 

Calque 15

Le rendu HDR

Steven Baillin

 

Cette installation est une proposition de protocole de comparaison entre le rendu d’une image SDR (Standard Dynamic Range) et celle d’une image HDR. (High Dynamic Range). Les visiteurs sont amenés à donner leur appréciation sur des images en fonction de leurs rendus. Ce dispositif permet d’appréhender visuellement les différences entre une image SDR et HDR.

 

 

Calque 8

Essais phytographiques

Alexandre Wallon

 

Les éléments végétaux sont essentiels dans l’espace urbain. Leur omniprésence peut cependant être facteur de banalisation. Cette série questionne la relation que ces êtres vivants entretiennent avec leur environnement, et la manière dont nous les percevons via un regard photographique entre réalité et fiction.

 

 

Calque 16

Baridia

Emna Jaïdane

 

Cet ensemble de reproductions présente la vie d’une œuvre : son passé, son présent et son futur imaginé. Au travers d’un arbre généalogique les générations de reproductions révèlent les stigmates du temps et témoignent de la fragilité de la photographie. L’œuvre originale, absente ici, est un négatif sur verre au collodion de Charles Marville conservé à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris.

 

 

Calque 9

La Java Bleue

Amandine Loget

 

Marthe et Raymond se sont rencontrés il y a 7 ans. Elle raconte avec émotion que dès son arrivée dans la maison de retraite elle est tombée sous le charme de Raymond. Tous les deux veufs , ils sont aujourd’hui amoureux à nouveau. Tous les mercredis Raymond joue «la Java Bleue» à l’accordéon et Marthe l’accompagne en chantant. Les années passent et pourtant, ils se regardent encore avec dans leurs yeux, l’étincelle des premiers jours.

 

 

Calque 1

@BonjourBonsoir

Antoine Clauzier

 

Que devient l’image une fois postée sur Instagram ? Dans un environnement plus que saturé, elle existe par les réactions qui lui sont liées, par ses likes et ses commentaires. En collaboration avec la marque Merci Bonsoir, le compte créé repense l’i mage de mode à l’ère des influenceurs où le lifestyle devient la tendance dominante.